La blennorragie gonococcique ou « chaude-pisse»

Signes possibles : brûlures et/ou écoulement jaune par la verge, le vagin ou l’anus, fièvre, douleur au bas-ventre, voire angine.

Apparition des signes : 2 à 7 jours après la contamination.

Diagnostic : par prélèvement local.
- pour les femmes, ce prélèvement qui ne fait pas mal se fait à l’entrée du vagin à l’aide d’une sorte de grand coton-tige ;
- pour les hommes, ce prélèvement est fait au bout du pénis. Une analyse d’urine peut aussi suffire.

Complications graves si non traitée : risque d’infection des articulations, de stérilité surtout chez la femme.

Traitement : antibiotiques associés à un traitement local (crèmes, ovules). Les partenaires sexuels doivent être traités en même temps pour éviter de se réinfecter les uns les autres ensuite.

Pas de vaccin

La blennorragie gonococcique et le VIH/Sida

Comme toute les IST, la blennorragie gonococcique fragilise les muqueuses et augmente considérablement le risque de contamination par le virus du sida.
Inversement, si on est atteint par le virus du sida, cette IST peut être plus grave et compliquer le traitement.


X